La Réforme de l’Université est-elle l’adversaire du modèle social français, ou le moyen de donner à l’économie de la connaissance plus de puissance dans l’Union Européenne ?

Sciences sociales et humaines- MESOJ- ISSN 2109-9618- (2010) Volume 1 No 3

Philippe Jourdon1

Résumé : Le mouvement de Réforme des Universités dans le monde trouve une résonance particulière en France, où d’aucuns lui reprochent une remise en cause du modèle social français. Ce dernier se fonde sur une séparation stricte entre monde marchand et système d’accès aux droits fondamentaux, ceux-ci symbolisés par la devise «liberté, égalité, fraternité». Le rôle de l’Université en France serait d’abord offrir l’égalité d’accès aux savoirs, d’où découlerait la mission de former les professeurs de l’enseignement secondaire. La participation au marché mondial de la connaissance n’arriverait alors qu’après. Dans un contexte où l’Université est souvent une caisse de résonance des espérances sociales, la Réforme de l’Université en France irait forcément jusqu’à son terme en faisant participer toutes les parties prenantes dans la négociation. L’autonomisation des Universités permettrait à celles-ci de se gérer selon un processus rationnel tourné vers le présent et le futur, et non dans une logique d’urgence permanente qui induit des querelles sans rapport avec la science, ni les humanités véritables. Ainsi peut-on l’espérer: la France sera au rendez-vous de l’Europe de la connaissance!… Lire l’article en entier

Share